Albert Baronian

Frédéric Platéus

Solid Rock

17 March 2011 — 23 April 2011

Room

“La référence à la géométrie est une constante dans le travail de Frédéric Platéus. Pour décrire son domaine de création, un schéma purement linéaire – une narration du point A au B par exemple – ne suffit pas. Au delà de la bi-dimensionnalité de son travail (le graffiti, la recherche typographique), les coordonnées de l’univers plastique de l’artiste sont non seulement ancrées dans la troisième dimension (la sculpture, la performance), mais s’aventurent également aux confins de la quatrième (les références extra-artistiques, la science-fiction).

 

En 2007, Frédéric se passionne pour le Rubik’s cube, ce jouet créé dans les années 70 par Ernő Rubik, un sculpteur et professeur d’architecture hongrois dont le but initial était d’aider ses étudiants à réfléchir en trois dimensions. L’objet qui devient un vrai phénomène de mode dans les années 80 est depuis quelque peu tombé en désuétude, si ce n’est pour ses aficionados qui continuent à développer de nouveaux modèles et à se fédérer sur des forums Internet ou à l’occasion de compétitions de speedcubing (résoudre un cube en un minimum de temps). Fasciné par ce casse-tête géométrique, Frédéric entreprend de créer ses propres modèles. Sous des noms évocateurs, Plateus Gem, Plateus Tetraforce, Plateus Bipolar ou encore Plateus Triskaidekahedrophobia, des interprétations hautement personnelles et sophistiquées du légendaire cube sont ainsi créées.

 

Au-delà du tour de force technique, les Rubik’s Cubes de l’artiste fonctionnent comme des générateurs de sculptures. Au lieu de les présenter dans leur état résolu comme le font les joueurs classiques, Frédéric explore les infinies possibilités formelles de ses créations. Certaines de ces variations sont ainsi figées dans des reproductions à plus ou moins grande échelle. D’autres sont données à voir en mouvement dans de courtes vidéos où l’artiste manipule ses œuvres. Dans l’une d’entre elles, Plateus Monster Skewb, l’objet en métamorphose devient générateur de mouvements de danse dans la veine du Funk style.”

 

– Devrim Bayar